Undead Geekies
Salut à toi, Ô geek !
Notre petite communauté t'ouvre ses portes et te souhaite la bienvenue !

les tribulations de Teodor

Aller en bas

les tribulations de Teodor

Message par AleK le Lun 13 Fév - 12:45

Un vieux truc, qui fut en passe d'être adapté en bd avant un nouvel abandon de projet.

1
""" Le rendez-vous avait été pris par un intermédiaire. Assis à la table du troquet la plus en retrait de l'entrée, j'attendais mon nouvel employeur en sirotant une boisson sucrée et tiède. Mon esprit vagabondait librement mais mes yeux fixaient le vieux rideau sale qui servait d'entrée au bar.
""" Le jeune garçon qui était venu me trouver la veille m'avait glissé un papier dans la main avant de partir. Dessus étaient juste noté une heure, une date et un lieu… et une somme d'argent. Une offre alléchante dans un patelin comme ici. J'étais coincé dans la région depuis une rixe qui avait mal tourné, je reprenais quelque peu des forces le temps que mes blessures se referment. On a dit un jour de moi que j'étais un aventurier, mais dans un monde où on a plus de confort sur la selle d'un cheval que dans le plus confortable des hôtels, voyager était un luxe dangereux. Je ne sais pas depuis combien de temps le monde est comme cela, personne n'en parle, mais les bâtiments en ruines et toutes ces machines bizarres qui rouillent sur place n'ont pas du être construit par les paysans du coin. J'ai parcouru une grande partie des territoires qui se trouvent sur ma carte, j'ai vu des vestiges de choses merveilleuses mais personne de vivant qui aurait pu même avoir l'idée d'en rêver. Ca doit être pour ça que je préfère être seul… ça ou ma rencontre avec Téodor.
""" Je fus tiré de ma rêverie par deux personnes qui discutait depuis un moment au comptoir. Ils se présentèrent comme étant les expéditeurs de la missive. Ils n'eurent pas à m'expliquer leur attente au comptoir, j'en compris aisément la raison, les guets-apens et autres meurtres crapuleux sont communs lorsqu'on arrive à une certaine somme d'argent.
""" Le premier avait une allure plutôt commune pour la région, large d'épaule, le front bas, un peu rougeaud. Une sorte de chapeau de paille vissé sur le sommet de la tête semblait protéger quelques touffes de cheveux roux épart, trace d'un voyage prolongé dans les zones malades. Le second me parut plus excentrique, une large tunique de bure cachait entièrement les formes de son corps et une lourde capuche les formes de son visage.
""" - Pour la somme inscrite sur le papier, mon client ne désire que quelques renseignements, présenta le paysan en désignant l'intrigant compagnon."
""" J'en déduisit que mon interlocuteur se faisait engager comme guide dans la région, le silencieux avait du le louer afin de me trouver, mais habituellement les guides ne parlent pas à la place des huiles.
""" -Pour la somme inscrite sur le papier, vous raconte ma vie, lui répliquais-je.
""" - C'est exactement ce que nous avons besoin. Pas toute votre vie qui, si je me réfère à vos cicatrices, a du être compliquée et douloureuse, nous aimerions avoir des précisions sur un voyage que vous avez effectué dans les terres malades.
""" Je savais exactement de quoi il parlait, à chaque fois que mon esprit divague, il me ramène à ces jours sombres. La seule escorte de marchant que j'ai accepté.
""" - Je ne sais même pas comment vous avez su que j'étais ici ou que j'aie fait ce voyage, mais je m'en fiche, je vais vous raconter ça, au moins pour que je ne sois pas le seul à vivre avec.

2
La quatrième prise en une heure, l'homme devait se faire chier pour passer le temps de la sorte. La prise amenait un état d'énervement permanent, elle était apparue dans le sud de la région il y a quelques années par un médecin ambulant qui la présentait comme un remède contre "l'apathie des champs", une maladie elle-même apparue peut avant chez des fermiers autrefois laborieux. L'apathie se traduisait par un manque d'envie au travail et une sieste perpétuelle. La "Prise" avait effectivement rendu la vivacité au malade, mais en rien l'envie de travailler. L'usage se diversifia, on l'utilisait pour les fêtes de villages, afin que les joutes deviennent héroïques et les bals interminables.
L'homme qui était sous le perron de l'hôtel s'injecta le liquide dans le cou. La prise était livrée auto injectable, fiole souple terminée d'une aiguille. L'effet se fit sentir au bout de quelques minutes, les mains moites de l'homme, déjà raidies par la tension nerveuse, se saisirent d'un mouchoir en tissu et le nouèrent machinalement.
Il faisait nuit, les trois étoiles dans le ciel brillaient doucement, les cabanons autour de l'hôtel renvoyaient les sons quotidiens de foyer ruraux, entre les grognements de cochon et les cris d'enfants se poursuivant.
Les mains de l'homme durent se résoudre à laisser le mouchoir, tellement de nœuds avaient été fait qu'il ne restait plus qu'une boule du carré de tissu.
Un nouveau bruit cassa la quiétude du moment, un grincement métallique accompagné du souffle puissant d'une machine sous pression. L'origine du bruit apparu à l'angle de la porte Ouest du village, cela ressemblait à une remorque à chenille précédée de chevaux fatigués, des volutes de fumées blanches se voyaient craché sporadiquement d'une cheminé artisanale sur le coté de l'engin à coté du conducteur.
Les yeux cachés derrière des lunettes d'aviateur et le sommet du crâne protégé par un chapeau claque usé, les pommettes hautes et le menton saillant, le nouveau venu semblait ricaner continuellement.
Le vacarme s'arrêta devant le guetteur.
Jeune homme, je suis Téodor, tu dois être le Ripper ?"
L'homme acquiéça et s'avança à la lueur des étoiles.
- Ca me paraît évident, répondit-il.
Le trio d'étoile éclairait l'image d'un homme sale, couvert de peau de reptile, une cartouchière de petit obus en bandoulière. Une barbe noire assombrissait ses joues, des mèches verdâtres tombaient devant ses yeux.
-Bien, répondit Téodor, monte derrière avec tes nouveaux compagnons.
L'arrière de la caravane montrait un haillon ouvert, une paire de jambe en sortait, robuste et nue, le ripper monta par le marchepied et se plaça au coté de leur propriétaire. L'intérieur de la caravane n'avait pas meilleure allure que l'extérieur. Le fond était encombré de cartons épars ce qui obligeaient les personnes présentes à s'installer sur le haillon.
A la lumière de la veilleuse le propriétaire de la paire de jambes paraissait moins robuste, de fins cheveux blonds entouraient un visage rond, garni de tache de rousseur et de dent. Il souriait franchement, à tel point que "innocent" était le seul adjectif pouvant le qualifier. La caravane comptait également un homme en soutane grise, marque des exilés et un asiatique en soutane pourpre.
-Salut m'sieur, débuta le jeune homme, tu sais qu't'es le dernier à nous rejoindre, maint'nan on part direct. Plus de détours, on y va pour de bon. Comment qu's'est ton nom ?
-Ripper, répondit-il laconiquement.
-Woua, ça en jette, c'est pas d'chez nous ça ?
-Non.
-Et tu viens d'où alors ?
-Mon nom ne vient pas d'ici, moi si, on a surnommé comme ça grâce, ou plutôt à cause, de mes talents. Mais te casse pas petit, ce soir si tu veux causer, tu feras un monologue, moi j'ai prisé à tordre le cou à un taureau, vaux mieux pas me faire ressasser de vieux souvenir pénible.
-Et mais tu sais pas pourquoi on à amener l'aut' samouraï alors, il va te filer une fiole qui calme, il a plein de fiole de toute sorte pour toutes les maladies, même celle des terres malades ! Hé Sam', files lui une fiole !
Le 'samouraï' leva la tête, son front rasé jusqu'au milieu du crane brillait à la faible lumière de la veilleuse, il sorti une fiole d'une besace posé à ses cotés et la lança au Ripper qui l'attrapa d'un geste vif. Il arracha le capuchon plastique avec ses dents et vida le contenu de la fiole dans sa gorge.
Le silence se fit pendant quelques minutes, les effets du calmant se firent sentir et le Ripper eu envie d'avoir des réponses auquel il se posait.
-Bon maintenant je sais pourquoi il a engagé le jaune, je me doute aussi pourquoi je suis là, mais toi ?
-Moi ? A vrai dire, j'ai des dons pour ses choses là, quand j'étais plus jeune, on m'utilisait pour manger dans mon patelin, on m'mettait au milieu de la plaine, dans l'vent, et j'rabattait les bestioles qui v'nait me manger dans le piège.
-Tu … servais d'appât ? Et tu va servir d'appât pour ce qu'on va faire ? Le Ripper comprenait maintenant la force apparente des jambes du gamin.
-Ouaip, mais là, on ne me donnera pas que les os à ronger, j'aurai une vrai part du gâteau, comme vous.
-Soit, et l'autre, demanda le Ripper en montrant du menton l'homme à la soutane.
-Lui, je sais pas vraiment, il est comme le samouraï, il parle pas. Je sais même pas s'il comprend que'que chose. Alors pour ça, sur que je suis content d'te voir ici.
-T'excite pas gamin, chuis pas un causant, t'as pas d'nom d'ailleurs ?
-Pas vraiment, dit-il gêné en se grattant l'arrière du crane, ils voyaient pas trop pourquoi fallait m'trouver un nom, j'étais même pas du village, ils m'ont trouvé sur la route tout p'tio.
-Il t'appelait comment alors, insista le Ripper.
-Comme toi, ils m'ont refilé un surnom, un truc débile, je sais pas d'où ça vient, "Garenne". T'y crois toi, comme un lapin à ce qu'il paraît. Alors quand Téodor m'a acheté, j'les ai pas pleuré tu penses.
-Téodor t'a acheté ?
-Il a même dit que j'étais indispensable pour ce qu'on va faire, répondit-il tout fier.
Le Ripper s'appuya sur le coté de la caravane, les chenilles absorbaient les chaos de la route de pierre. Les pensées tournaient dans sa tête. Que penser de Téodor, des échos lui étaient parvenus depuis qu'il avait commencé à se renseigner sur son compte. Il était le marchand ultime, pouvant trouver n'importe quoi n'importe où, la légende populaire disait de lui qu'il faisait le bien aussi volontiers que le mal mais que ses paroles étaient d'or.
-Tu dors ? demanda le garçon.
-Oui la soupe de notre copain m'a bien calmé, laisses moi pioncer.
La nuit laissait toujours la place au jour, immuablement, les dernières zones d'ombres s'effaçaient devant l'orangé du soleil brûlant. Lorsqu'il arrivait à son zénith, la coupole de feu pesait sur les épaules et vous asséchait plus vite que vous pouviez boire. L'eau devenait rare dans certaines région, les marchands d'eau pourvoyaient les besoins et s'enrichissaient par la même occasion.
La caravane continuait inlassablement. Les quatre hommes avaient été recrutés pour un travail particulier. Téodor avait reçu commande d'une dizaine de peau de Reptlion, animal ne vivant que dans les terres malades. Peu de personnes pouvaient témoigner de leur existence, les descriptions faites brossaient un tableau peu enchanteur de la bête. Elle avait l'apparence et la morphologie de ce que les gravures nommaient un lion et la peau d'un reptile. Beaucoup supposent que cet animal est né dans les terres malades pour chasser les humains, leur appétit féroce de chair humaine les a rendu tristement célèbre après l'attaque de l'avant post Fleunery à l'ouest. Deux survivants ont rapporté l'horrible carnage avant de mourir de leurs blessures.
Apparemment quelqu'un avait décidé de les étudier, Téodor avait reçu une missive lui enjoignant de rapporter au plus tôt une dizaine de peaux de ces animaux…
__________________
avatar
AleK
Padawan-geek
Padawan-geek

Taux de Megeeklorien : 33
Messages : 27
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 38
Localisation : 44

Geek passeport
Mode actuel: Post apo'
Code Genegeek: Multi-Culture Geek

Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Alek.Donna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les tribulations de Teodor

Message par Celebril le Mar 21 Fév - 3:29

Deux choses:
-Tout d'abord c'est pas génial de lire des pavés sur ce fofo, ca file mal à la tête.
-Pïs c'est quand même sympa comme ambiance, ca donne envie d'en savoir plus
avatar
Celebril
Master-Geekies
Master-Geekies

Taux de Megeeklorien : 235
Messages : 205
Date d'inscription : 09/04/2011
Age : 27
Localisation : Je peux répondre dans ton cul?

Geek passeport
Mode actuel: Cape&épée
Code Genegeek: Computer Geek

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: les tribulations de Teodor

Message par AleK le Mer 22 Fév - 0:55

merci, je me demandais si j'allias reprendre.

j'ai eu d'autres projets de puis plus ou moins sérieux
comme une uchronie très ambitieuse :
La comédie Sur Humaine
avatar
AleK
Padawan-geek
Padawan-geek

Taux de Megeeklorien : 33
Messages : 27
Date d'inscription : 08/02/2012
Age : 38
Localisation : 44

Geek passeport
Mode actuel: Post apo'
Code Genegeek: Multi-Culture Geek

Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/Alek.Donna

Revenir en haut Aller en bas

Re: les tribulations de Teodor

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum